Le virus de la rougeole circule en Bretagne

06 mars 2018
Par Sylviane LE FUSTEC
L’Agence Régionale de Santé Bretagne rappelle que la vaccination est le moyen le plus efficace pour se protéger contre la rougeole. Une cinquantaine de cas ont été recensés essentiellement dans le Finistère et les Côtes d'Armor.


La rougeole est une maladie très contagieuse qui peut prendre des formes sévères chez l’adulte et l’enfant de moins d’un an. Selon l'ARS, dans ce contexte de risque élevé de circulation du virus de la rougeole en Bretagne, l’ARS Bretagne recommande à chacun de vérifier qu’il est bien protégé contre la rougeole.


Toutes les personnes nées après 1980 et âgées de plus de 18 mois, sans antécédent de rougeole, doivent avoir reçu 2 doses de vaccin Rougeole / Oreillons / Rubéole pour être protégées (celles qui n'ont jamais été vaccinées doivent recevoir deux injections séparées d’au moins un mois d'intervalle, celles qui n'auraient reçu qu'une seule dose doivent avoir une 2e dose). Le calendrier vaccinal actuellement en vigueur prévoit une dose du vaccin Rougeole / Oreillons / Rubéole à l’âge de 12 mois et une seconde dose entre 16 et 18 mois. Tous les professionnels de santé, du secteur médico-social, du secteur de la petite enfance, ou étudiants dans ces secteurs travaillant au contact de personnes fragiles risquant de développer des formes graves de la maladie, doivent également être vaccinés y compris ceux nés avant 1980.

La rougeole se manifeste par une fièvre montant rapidement avec une toux de plus en plus marquée, un écoulement nasal, les yeux rouges qui pleurent, un malaise général. Après trois-quatre jours de fièvre élevée, l’éruption cutanée commence, d’abord au niveau de la tête pour s’étendre sur le corps. La maladie aiguë dure une bonne semaine et occasionne une grande fatigue. Il n’existe pas de traitement spécifique du virus de la rougeole et la plupart des personnes atteintes guérissent en deux à trois semaines.
Des complications dues au virus même ou à des surinfections peuvent survenir : laryngite, otite, pneumonie et, plus grave, encéphalite pouvant entraîner la mort ou de possibles séquelles. Les hospitalisations pour complications sont plus fréquentes chez les nourrissons de moins d’1 an, les adolescents et les jeunes adultes.

Toutes les informations sur la vaccination